top of page
  • Photo du rédacteurJulien Gaüzère Auteur

Le sommeil du Petit-Duc (Chronique #124)

Dernière mise à jour : 14 févr. 2021


Suivre avec l'accompagnement Audio :


10 Décembre 2017,

Ma formation en Protection de la Faune à La Tuque m'a aidé à savoir observer la forêt. Il y a toujours un animal qui vous guette ou qui se cache... Vous êtes toujours sur le point de faire une belle rencontre si vous restez discret et attentif. C'est un petit peu le thème de cette chronique sur ce Petit Duc Maculé que j'ai pu longuement observer, dormant sur un arbre, non loin du complexe Felix Leclerc, par un après-midi de décembre.


Chronique n°124 : Le sommeil du Petit Duc


J’aurai pu passer par là sans l’apercevoir,

Le petit duc endormi dans le creux de l’arbre.

Ses plumes légères, caressées par le vent froid de décembre, ont appelé mon regard.


J’aurai pu passer par là sans l’apercevoir,

Le petit duc, bien caché, dans le creux de l’arbre.

Son camouflage parfait épouse les nervures harmonieuses du tronc qui l’abrite. Il dort, paisible et serein.


J’aurai pu passer par là sans l’apercevoir,

Le petit duc, silencieux, dans le creux de l’arbre.

La nature n’a pas de chant durant l’hiver, seule la neige entonne une mélodie sibylline.

Le petit duc l’écoute, l’épouse.


J’aurai pu passer par là sans l’apercevoir,

Le petit duc, majestueux, dans le creux de l’arbre.

Il m’offre le plus beau des spectacles, lui qui domine les vallées enneigées de La Tuque.

Quelle vue surprenante doit-il avoir tout là haut.


J’aurai pu passer par là sans l’apercevoir,

Le petit duc, tremblotant, dans le creux de l’arbre.

Comme il doit faire chaud sous son plumage. Quelques flocons semblent l’effleurer puis s’en aller.

Le petit duc est imperturbable, perdu dans son sommeil.


J’aurai pu rester là, à l’observer pendant des heures,

Le petit duc, si discret, dans le creux de l’arbre.

Je m’émerveille, me passionne pour ce hibou. Pour ce moment que m’offre généreusement l’hiver canadien.

Comme la nature est pleine de surprises pour ceux qui savent la regarder.


J’aurai pu passer par là sans l’apercevoir,

Le petit duc endormi dans le creux de l’arbre.

Mais ses plumes légères, caressées par le vent froid de décembre, ont appelé mon regard… Et appuyé un peu plus mon amour pour mes escapades forestières .

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.
bottom of page