top of page
  • Photo du rédacteurJulien Gaüzère Auteur

Le chalet de Pierre (Chronique #125)

Dernière mise à jour : 21 févr. 2021


Suivre la lecture avec l'accompagnement Audio :


22 Décembre 2017,

Les fêtes approchent à grand pas. Nous avons deux semaines de vacances à l’école. Cela va être dur de tous se quitter. Nous avons tellement pris l’habitude d’être ensemble au quotidien. Ce matin j’ai préparé mon sac… Je pars à Québec pour quelques jours. Mes parents viennent me rejoindre pour Noël. Je suis tellement impatient de les revoir. A l’école, avec Pierre, nous partons en motoneiges à travers la forêt. Nous parcourons les paysages enneigés et les lacs gelés... Encore une activité atypique que je n’aurais jamais pensé faire un jour !


Chronique n°125 : Le Chalet de Pierre


Après notre ride en motoneiges, nous nous sommes tous arrêtés au chalet de Pierre. Nous y avons allumé un feu et profité de cette vue imprenable sur le lac gelé. Cette charmante cabane respire le bonheur et le calme. Une petite maison de trappeur, de pêcheur, perdue dans la neige.

Au coin du feu, c’est le temps des histoires et des fous rires. Nous nous connaissons bien maintenant. Chacun à notre manière nous apportons, à ce groupe, un équilibre, une harmonie qui fait que l’on se sent bien entouré.

Je prends mon rôle de « grand frère » très à coeur. Tantôt j’admire mes camarades et tantôt j'essaie d’être l’oreille attentive dont ils ont besoin.

Pierre est réellement devenu notre pilier, notre modèle. Je ne pourrais même pas vous le décrire avec justesse. Je vous souhaite, un jour, de croiser sa route pour vous rendre compte de sa générosité et de sa bienveillance. Il fait parti de ces personnes qui marquent votre voyage. Ces personnes que vous n’auriez jamais rencontré si vous n’aviez pas pris votre sac à dos pour le bout de monde.


Aujourd’hui, le soleil brille sur le chalet de Pierre... Cette charmante cabane bien à l’abris dans le bois… Petite maison de trappeur, de pêcheur perdue au coeur de l’hiver.


Je me sens libre… Je pourrai crier au monde, avec arrogance, mon bonheur d’être ici. Ce bonheur que m’apporte le Québec et ses vastes espaces. J’ai conscience que peu de gens peuvent ressentir autant liberté et de délivrance. Je possède, sans nul doute, un trésor que beaucoup de monde ignore ou ne rencontre jamais… Le plaisir simple.


Ce soir, nous allons nous quitter pour quelques semaines. Le temps des fêtes arrive… Nous sommes déjà à mi-chemin de notre année en protection de la faune.

Après tant de rires, dans le bus qui nous ramène en ville, un silence pesant s’installe. Nous prenons conscience de la place que nous occupons désormais dans la vie des uns et des autres… un petit avant goût du vide que nous ressentirons lorsque nous laisserons cette année dernière nous.

Je ferme la porte de mon petit appartement Latuquois, au dessus de chez Nancy et Raymond (pour quelques jours). Me voilà sur la route en direction de Québec. J'ai hâte de retrouver mes parents. Hâte de leur montrer comme j’ai changé en quelques mois… De leur montrer que j'ai retrouvé ma route... Que je l'ai peut-être même trouvé tout court.


Aujourd’hui, c’était une si belle journée au chalet de Pierre... Au coin du feu, dans cette charmante cabane aux odeurs de résine et de bois vernis… Une petite maison de trappeur, de pêcheur, perdue dans les sapinières. Cette école m’a tant donné… Et nous voilà à mi-chemin… Je quitte La Tuque comme lorsque l’on quitte son chez soi… Avec exaltation mais aussi avec l’envie de revenir le plus vite possible…

88 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page